Halte au gaspillage alimentaire !
Actualité -

Halte au gaspillage alimentaire !

Halte au gaspillage alimentaire ! C’est le message porté par le Syndicat Départemental d’Élimination des Déchets de l’Aube (SDEDA), dans une campagne de sensibilisation pour lutter contre le gâchis… et réduire les déchets. Cette initiative constitue l’un des dix axes retenus par le SDEDA, dans le cadre de son Schéma de prévention - Optimisation, réduction et tri. Ce document cadre fixe les grands objectifs de réduction des déchets, à l’échelle du territoire. Pour y répondre, le SDEDA établira en 2018, un programme d’actions concrètes à mener. Complémentaire au tri, la réduction des déchets est l’enjeu majeur des vingt prochaines années.

Le pari est de taille. En effet, chaque Français jette, en moyenne, 20 kg de déchets alimentaires par an. A la maison, à l’école, au travail… tout le monde est concerné ! Au lieu de finir à la poubelle, ces aliments pourraient être consommés. Il suffit pour cela d’adopter des gestes simples, comme acheter des quantités adaptées, veiller aux dates de péremption, apprendre à cuisiner les restes ou les congeler. En changeant ses habitudes, chacun pourrait économiser entre 100 et 160 euros par an ! 

Lancée au cours de la Semaine européenne de réduction des déchets, du 18 au 26 novembre, la campagne « Halte au gaspillage alimentaire » se déclinera : sous forme d’affiches pour informer, sur les réseaux sociaux pour mobiliser, et avec un spot sur la télévision locale auboise, Canal32, pour sensibiliser aux bons gestes.

Vous aussi, dites Halte au gaspillage alimentaire !

 

Chiffres clé*

  • Ÿ En moyenne en France, chaque personne jette 20 kg de déchets alimentaires par an.
  • Sur ces 20 kilos, 7 kg sont encore emballés et non consommés.
  • Ÿ Le coût du gaspillage alimentaire en France est estimé entre 100 et 160 euros par an et par personne.
  • Dans le monde, environ 1/3 des aliments destinés à la consommation humaine est perdu tout au long de la chaîne alimentaire.

*Source Ademe

Les gestes anti-gaspi

  • Ÿ Acheter des quantités adaptées et planifier ses repas
  • Acheter des produits frais en dernier pour préserver leur fraîcheur
  • Respecter la chaîne du froid, c’est l’assurance d’un aliment bien conservé
  • Bien lire les étiquettes et faire la différence entre la DLC (date limite de consommation « à consommer jusqu’au ») et la DDM (date de durabilité minimale « à consommer de préférence jusqu’au »)
  • Ranger logiquement les aliments dans le réfrigérateur et le nettoyer régulièrement
  • Congeler pour mieux conserver les aliments
  • Savoir accommoder les restes, en apprenant à cuisiner autrement
  • A la cantine, au restaurant ou chez soi, ne pas avoir les yeux plus gros que le ventre
  • A la fin du repas, ne jeter que les aliments ou les restes qui ne peuvent pas être conservés
  • Au restaurant, demander à emporter les restes

Interview de Danièle BOEGLIN, Présidente du SDEDA

Gaspillage alimentaire : pourquoi le SDEDA lance-t-il cette campagne ?
Cette campagne s’inscrit dans notre « Schéma de prévention - Optimisation, réduction et tri » que nous venons de lancer et que nous construirons avec les acteurs du territoire. La lutte contre le gaspillage alimentaire est l’un des dix axes de ce schéma. Cela concerne tout le monde, que ce soit à la maison, au travail ou au restaurant. C’est pourquoi j’ai souhaité organiser une grande campagne de sensibilisation, avec des messages décalés qui interpellent, sans moralisation.

Moins gaspiller : pourquoi tout le monde est gagnant ?
Les enjeux sont environnementaux, mais aussi sociaux et de santé publique. Le SDEDA intervient dans le champ de ses compétences, avec un objectif de réduction des ordures ménagères. Les chiffres parlent d’eux-mêmes. Chaque Français jette en moyenne entre 100 et 160 euros d’aliments à la poubelle. C’est un très grand gâchis, qu’il est pourtant facile de réduire avec des gestes simples. Moins gaspiller d’aliments, c’est aussi manger mieux et c’est aussi faire des économies à la fin du mois. Tout le monde y gagne.

En affiches ou sur les réseaux sociaux, quelle est votre stratégie ?
Nous voulons avoir de l’impact. C’est pourquoi nous avons choisi les modes de communication qui sont les plus visibles du grand public. Nous lançons cette campagne au cours de la Semaine européenne de réduction des déchets, qui a lieu cette année du 18 au 28 novembre. Nous prévoyons des affichages en ville, mais aussi dans les services publics, les restaurants scolaires. Vous pourrez trouver de l’information sur notre site Internet et participer à des concours, sur nos réseaux sociaux. Ces outils sont désormais incontournables et permettent de partager des pratiques, des idées, et de créer de l’émulation.